Laboratoire

Le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225) est une unité mixte Paris Diderot-CNRS qui rassemble des spécialistes du monde anglophone (histoire politique, sociale et culturelle ; littérature et idées ; art et culture visuelle). Issu en 2014 d’une équipe d’accueil, le LARCA héberge une cinquantaine d’enseignants-chercheurs et accueille en moyenne 50 à 60 doctorants, ce qui fait d’elle l’une des plus grosses unités françaises en études anglophones.

Associé à l’UFR d’Etudes anglophones et à l’Université Paris Diderot, toutes deux fondées sur l’interdisciplinarité, le LARCA défend et pratique cette interdisciplinarité :

  • par le va-et-vient entre les catégories traditionnelles des études LCE, « littérature » et « civilisation » ;
  • par le jeu d’une approche historique des faits culturels du monde anglophone, mais aussi d’une approche fine, textuelle ou formelle, ancrée dans la langue anglaise, des objets et questions (y compris historiques) qui entrent dans son champ ;
  • par de fortes concentrations sur des domaines transversaux comme la culture visuelle et matérielle, les études sur les « premières modernités » ou les imaginaires contemporains.

En 2017 le LARCA a enrichi sa structuration interne en proposant pour le contrat 2019-2023 de développer cinq axes et cinq « traverses » ou thématiques transversales.

Axes :

 

Traverses :

 

Actions structurantes :

 

 

Le film « L’Abécédaire du LARCA », réalisé par Ariane Hudelet, illustre les activités de l’équipe par le biais d’entretiens où des membres discutent d’objets concrets de leurs recherches.

 

L’Expérience Charles V

Le passé, le présent et l’avenir d’un département d’anglais pas comme les autres.

Ce documentaire, réalisé par l’une des enseignantes-chercheuses de l’université Paris Diderot, interroge les étudiants et personnels sur ce qui fait la spécificité de ce département, et sur son histoire. L’identité du département est étroitement liée au bâtiment qu’il occupe : le 10 rue Charles V, dans le Marais. Ce site, lié au combat politique des fondateurs profondément engagés dans la recomposition du paysage universitaire au lendemain de 1968, appartient désormais au passé. Début 2013, le département rejoint les autres composantes de l’université sur le campus de Paris Rive Gauche, dans le 13ème arrondissement. Partagés entre la nostalgie pour un lieu convivial et chargé d’histoire, et la perspective d’une refondation au sein d’une grande université pluridisciplinaire, les membres de cette communauté universitaire confrontent leurs idées sur l’architecture universitaire, et plus généralement, sur ce que devrait être l’université.