Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones, UMR 8225

Partenaires

CNRS
Université Paris Diderot- uspc

Rechercher




Accueil > Publications

Recent Highlights

publié le , mis à jour le

2017


L’Europe des femmes XVIIIe-XXIe siècle. Ouvrage collectif pensé et réalisé par Peggy Bette, Sonia Bledniak, Myriam Boussahba-Bravard, Anne-Laure Briatte, Véronique Garrigues, Louis-Pascal Jacquemond, Julie Le Gac, Amandine Malivin, Dominique Picco, Yannick Ripa, Mélanie Traversier et Fabrice Virgili. Coordonné par Julie Le Gac et Fabrice Virgili. (Perrin, 2017).

Il n’existait pas encore de recueil de documents sur l’histoire des femmes du XVIIIe siècle à nos jours, pas plus en France qu’en Europe. Avec cet ouvrage, nous revenons aux sources. Fictions, chansons, discours, essais, correspondances – dans leur langue originale et leur traduction française – mais aussi documents iconographiques se font ici l’écho de trois siècles d’histoire européenne et des aspirations ou, au contraire, des obstacles à une plus grande égalité entre les sexes (site de l’éditeur).


Counting Americans : How the U.S. Census Classified the Nation. By Paul Schor. (Oxford University Press, 2017).

By tracing the evolution of the categories the United States used to count and classify its population from 1790 to 1940, Paul Schor shows that, far from being simply a reflection of society or a mere instrument of power, censuses are actually complex negotiations between the state, experts, and the population itself. The census is not an administrative or scientific act, but a political one. Counting Americans is a social history exploring the political stakes that pitted various interests and groups of people against each other as population categories were constantly redefined. Utilizing new archival material from the Census Bureau, this study pays needed attention to the long arc of contested changes in race and census-making. It traces changes in how race mattered in the United States during the era of legal slavery, through its fraught end, and then during (and past) the period of Jim Crow laws, which set different ethnic groups in conflict. And it shows how those developing policies also provided a template for classifying Asian groups and white ethnic immigrants from southern and eastern Europe—and how they continue to influence the newly complicated racial imaginings informing censuses in the second half of the twentieth century and beyond (Publisher’s website).


Distant Ripples of the British Abolitionist Wave : Africa, Asia and the Americas. Edited by Myriam Cottias & Marie-Jeanne Rossignol (Africa World Press Books, 2017).

This collection of essays probes British efforts to abolish the slave trade internationally in the 19th century and how they impacted local discourses and practices relating to slavery and abolition in other continents and countries (Africa, the Americas, Asia). Coming in the wake of the bicentennial of the abolition of the slave trade by Britain in 1807, it insists on the ambiguous imperial ambitions of Britain, as well as on local initiatives to abolish slavery which did not simply draw their inspiration from Britain and the humanitarian rhetoric of the abolitionists.

The book also highlights local resistance and opposition to British influence exerted through diplomatic and economic pressure, in an age of nationalism and still profitable slave-based economies. It portrays the 19th-century movement to abolish slavery as a truly international phenomenon, responding to local and national rationales and discourses as well as British influence. (Publisher’ Website).


Women in International and Universal Exhibitions, 1876–1937. Edited by Rebecca Rogers and Myriam Boussahba-Bravard (Routledge, 2017).

This book argues for the importance of bringing women and gender more directly into the dynamic field of exposition studies. Reclaiming women for the history of world fairs (1876-1937), it also seeks to introduce new voices into these studies, dialoguing across disciplinary and national historiographies... (Publisher’s website)

Table of Contents and contributors


Le Tendre Inventaire des vivants & des morts d’Eleni Sikelianos. Traduit de l’anglais (États-unis) et postface par Béatrice Trotignon.

Eleni Sikelianos nous entraîne ici à l’orée d’une forêt obscure : après la lumière qui baignait ses précédents recueils de ses diffractions et éblouissements (Du soleil, de l’histoire, de la vision ; Le Poème Californie), voici venu le règne de l’ombre, propice aux collisions. Passé, présent et futur s’entrechoquent ; rêves et réalités s’imbriquent ; histoire et fiction se mêlent tandis que les figures poétiques et le langage scientifique se pollinisent. Les vivants et les morts s’enlacent, se parlent souvent sans se comprendre et se dérobent dans la nuit. On croise en particulier les membres de la famille Sikelianos, comme ce père insaisissable et cette grand-mère hors-normes dont la poète a déjà dressé d’étonnants anti-portraits kaléidoscopiques (Le livre de Jon ; Animale Machine, La Grecque prodige), ou sa toute jeune fille, Eva, propulsée dans la vie et dans l’apprentissage du langage. On retrouve aussi, dans ce Tendre Inventaire, les fantômes de nos ancêtres préhistoriques et leurs traces terriblement évanescentes, ainsi que les figures qui peuplent nos mythes, nos comptines d’enfants, nos cauchemars et nos rêves. (Site de l’éditeur).


Une histoire de la Guinée d’Anthony Benezet.

Avec Une histoire de la Guinée, la traduction de Some Historical Account of Guinea, publiée en 1771 à Philadelphie, le public français dispose enfin de la « Bible » de l’antiesclavagisme anglo-américain au 18e siècle.

Texte établi et présenté par Marie-Jeanne Rossignol et Bertrand Van Ruymbeke, avec la collaboration de Claire Bourhis-Mariotti, Anne-Claire Faucquez, Jeanne-Henriette Louis, Anne-Marie Libério et Elodie Peyrol-Kleber (Société Française du 18e siècle, 2017).


Indefinite Visions : Cinema and the Attractions of Uncertainty. Edited by Martine Beugnet, Allan Cameron, Arild Fetveit. (Edinburgh University Press, 2017).

This collection concerns itself with the aesthetics, concepts and politics of indefinite and obscured moving images, examining what is at stake in their foregrounding of materiality and mediation, evanescence and flux. Pursuing a range of approaches (spanning history, theory and close analysis), the authors in this volume investigate techniques, effects and themes that emerge from the wilful excavation of the moving image’s formal and material base. (Publisher’s website).


Postwar Conservatism, A Transnational Investigation. Britain, France, and the United States, 1930-1990. Edited by Clarisse Berthezène and Jean-Christian Vinel (Palgrave Macmillan, 2017).

This volume offers a unique comparative perspective on post-war conservatism, as it traces the rise and mutations of conservative ideas in three countries – Britain, France and the United States - across a ‘short’ twentieth century (1929-1990) and examines the reconfiguration of conservatism as a transnational phenomenon. (Publisher’s website)


Sensing the World : Taste and the Sense in the Eighteenth Century (II). Edited by Frédéric Ogée (Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2017).

The idea that human existence is very much about the recording and understanding of one’s body’s operations became a central Enlightenment concern. Modern identity (life in the modern world) is therefore very much a matter of Taste, taste of oneself and taste of the world, which requires a heightened awareness of the operations of the senses. This, very much, is what the contributors to the present volume have been working on together for some years, and which their essays in this collection try to address from their different perspectives. They propose a remarkable variety of case studies which examine the way taste and the senses ‘vibrated’ and how they came into resonance during the Enlightenment period (publisher’s website).

Table of Contents


L’attrait du Flou. Par Martine Beugnet (Yellow Now, 2017).

Le flou, dans son acception commune, est d’abord le signe d’une déficience, un manque de définition. Aussi le langage cinématographique, dans ce qu’il a de plus convenu, nous a-t-il habitués à considérer le passage du flou au net comme une forme d’actualisation : la forme floue, l’image bougée, sont de simples substrats de l’image nette et stable dans laquelle elles s’accomplissent et se stabilisent, en attei- gnant, dans l’idéal, la précision de contours et de détails propre à la HD... (site de l’éditeur).


Circulation. Edited by François Brunet (University of Chicago Press, for the Terra Foundation of American Art, 2017).

The third volume in the Terra Foundation Essays series, Circulation brings together an international and interdisciplinary team of scholars, including Thierry Gervais, Tom Gunning, J. M. Mancini, Frank Mehring, and Hélène Valance, who map the multiple planes where artistic meaning has been produced by the circulation of art from the eighteenth century to the present. The book looks at both broad historical trends and the successes and failures of particular works of art from a wide variety of artists and styles. Together, the contributions significantly expand the conceptual and methodological terrain of scholarship on American art. (Publisher’s website).


La photographie histoire et contre-histoire, par François Brunet (PUF, 2017).

L’idée de photographie a longtemps été liée à celle de reproduction de la réalité ; d’où son rapport conflictuel à l’art, mais aussi son rapport diffus à l’histoire. D’innombrables collections de « documents » ont été accumulées et diffusées sans visée précise et c’est l’œuvre du temps qui en a fait des « archives », objets d’une véritable ruée à l’ère numérique ; alors que la photographie sert l’histoire, elle instruit en parallèle la critique des histoires reçues. Le XXe siècle a entretemps découvert qu’elle avait, ou était, une histoire, et il s’est agi d’en penser la logique et les contours. Entre l’histoire de la photographie comme médium, en particulier aux États-Unis, et l’histoire ou contre-histoire par l’image, ce livre retrace la relation complexe et contradictoire de ce que Paul Valéry appelait la « notion de photographie » avec la science du passé. (Site de l’éditeur).


2016

L’impossible présidence impériale. Le contrôle législatif aux Etats-Unis, par François Vergniolle de Chantal (Éditions du CNRS, 2016).

Le président des États-Unis serait l’homme – ou la femme – le plus puissant de la planète. Cette perception commune, sans cesse alimentée par les productions d’Hollywood, n’en est pas moins fausse. Contraint par les multiples obstacles des checks and balances constitutionnels, le président doit notamment faire face au Législatif le plus puissant et le plus autonome du monde. La séparation des pouvoirs a en effet permis au Congrès de se construire comme un partenaire indomptable, et souvent capricieux, de la Présidence sans que celle-ci ne puisse intervenir. Le contrôle législatif ainsi créé et protégé repose en particulier – c’est là l’argument central de cet ouvrage – sur la chambre haute, le Sénat, qui dispose en son sein de multiples ressources procédurales lui permettant de bloquer les initiatives présidentielles.

En mobilisant le droit constitutionnel, l’histoire et la science politique, cet essai se propose de mettre en relief les modalités d’action du Congrès, et notamment du Sénat, pour souligner que la Présidence impériale est au contraire, pour reprendre le mot de Gerald Ford, bien souvent en péril. (Site de l’éditeur).


Jack London, Romans, récits et nouvelles I, II. Trad. de l’anglais (États-Unis) par un collectif de traducteurs. Édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski (Collection Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2016).

Nul n’est plus difficile à saisir que Jack London. Écrivain populaire, selon un étiquetage hâtif, lu dans les foyers plutôt qu’à l’université, mal édité aux États-Unis, pourtant traduit dans toutes les langues, connu et aimé dans le monde entier, il semble appartenir, plutôt qu’à la littérature, à un imaginaire collectif où la dénomination « Jack London » incarnerait l’esprit d’aventure sous ses formes les plus violentes....(site de l’éditeur).


The Atlantic World of Anthony Benezet (1713-1784) : From French Reformation to North American Quaker Antislavery Activism. Edited by Marie-Jeanne Rossignol and Bertrand Van Ruymbeke (Brill, 2016).

In The Atlantic World of Anthony Benezet (1713-1784) : From French Reformation to North American Quaker Antislavery Activism, Marie-Jeanne Rossignol and Bertrand Van Ruymbeke offer the first scholarly study fully examining Anthony Benezet, inspirator of 18th-century antislavery activism, as an Atlantic figure. Contributions cover his Huguenot heritage and later influence on the French antislavery movement (which had never been explored as thoroughly before) as well as his Quaker faith and connections with the Quaker community in the British Atlantic world (in the North American colonies as well as in Britain). Beyond the Quaker community, his preoccupation with Africa is highlighted, and further research is also encouraged reconciling Benezet studies with those on black rebels and founders in the Atlantic world (Publisher’s website).


Puritains d’Amérique : Prestige et déclin d’une théocratie - Textes choisis 1620-1750. Édition dirigée par Agnès Derail (Éditions rue d’Ulm, 2016).

Longue est l’ombre portée de l’aventure puritaine qu’inaugurèrent en 1620 les Pèlerins de la Mayflower et les quelques centaines de dissidents venus d’Angleterre lors de la Grande Migration de 1630, afin de poursuivre la Réforme protestante inachevée dans la Vieille Europe et de planter sur les rives américaines les fondations d’une Nouvelle Jérusalem. Si cette entreprise nous est parvenue avec son cortège de mythes et légendes, ou à travers les strates historiographiques qui ont exposé son prestige ou les causes de son déclin, le vaste corpus d’écrits qu’elle a engendré nous reste quelque peu étranger. Orthodoxes ou hérétiques, théologiens ou poètes, visionnaires ou pragmatiques, les puritains d’Amérique furent nombreux à tenter de donner un sens, par l’écriture, à l’exil et à la colonisation. En traduisant les textes présentés ici, nous avons moins cherché à rendre leurs auteurs familiers qu’à offrir au lecteur l’occasion de percevoir la singularité de leur expérience. (Site de l’éditeur).


Conservatismes en mouvement : Une approche transnationale au XXe siècle. Sous la direction de Clarisse Berthezène & Jean-Christian Vinel (Les Éditions de l’EHESS, 2016).

Omniprésent dans les débats politiques en France, le conservatisme est si difficile à appréhender que l’on se contente souvent d’y voir une attitude plutôt qu’un courant de pensée ou un ensemble de mouvements.

Fruit d’une collaboration entre historiens français, britanniques et américains, cet ouvrage établit des parallèles entre les histoires des mouvements conservateurs sur trois pays entre 1930 et 1990, et permet de jeter un regard nouveau sur les origines de la « révolution conservatrice » des années 1980. (Site de l’éditeur).


Ma Vie de Lyn Hejinian. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Abigail Lang, Maïtreyi et Nicolas Pesquès (titre original : My Life and My Life in the Nineties, Shark Books, 2003). Postfaces de Abigail Lang et Nicolas Pesquès (Les presses du réel, 2016).

Best-seller de l’avant-garde Language, prodigieuse collection de phrases, autobiographie expérimentale, My Life se compose de 45 chapitres de 45 phrases écrites à 45 ans. On pourra y suivre une enfance californienne dans les années 1950, une méditation sur la mémoire et la langue, une jeunesse dans l’Amérique contestataire des années 1960, une vie à lire (plusieurs livres à la fois, en général trois ; Montaigne en 1979 ; de la théorie en mangeant un plat de carottes…), une réflexion sur le réalisme en littérature, sans oublier des conseils pour manger son pudding « selon un plan »...(site de l’éditeur).


Change numérique – Édition intégrale de la revue Change (1968-1983). L’édition numérique de la revue d’avant-garde Change dans un fichier PDF (fac-similé) de 8482 pages permettant une recherche par terme au sein des 42 numéros. Edité par Abigail Lang. Compilation numérique et indexation réalisées par Dominique Pasqualini et Olivier Perriquet. (Les presses du réel, 2016).

Construit autour d’un groupe initial constitué de Jean Pierre Faye, Maurice Roche et Jacques Roubaud, le collectif Change aura compté parmi ses membres réguliers Philippe Boyer, Yves Buin, Jean-Claude Montel, Jean Paris, Léon Robel et Mitsou Ronat, et n’aura eu de cesse d’élargir le cercle pour ouvrir le dialogue avec d’autres revues du monde entier dans un « set international »...(site de l’éditeur).

Actualités News

contacts contacts