Ecrire l’Histoire depuis les marges

Cette traverse qui a vocation à terme à fédérer les activités scientifiques des membres de plusieurs équipes SPC (LARCA, Pléiade, CREW) est née d’un projet collectif financé par l’IDEX et qui portait essentiellement sur les historiens africains-américains et les récits d’esclaves nord-américains.

Pluri-disciplinaire (histoire, littérature, études visuelles), ce nouvel avatar de EHDLM étend le périmètre d’origine en intégrant davantage de terrains relevant des études anglophones (îles britanniques et nouvelles nations issues de l’ancien empire britannique) et veut s’ouvrir à l’ensemble des périodes historiques couvertes par notre laboratoire (du XVIe au XXIe siècle).

En jouant sur les différentes acceptions de la « marge » et de « l’écriture de l’histoire, cette traverse entre en résonnance avec les débats français contemporains sur l’évolution de la discipline historique et son ouverture au monde non-occidental comme sur les rapports entre la discipline historique et d’autres disciplines.

Notre réflexion collective et collaborative se nourrira toujours d’une ferme perspective critique, inspirée en partie par la philosophie post-coloniale, confrontant systématiquement le centre et la périphérie, le dominé et le dominant, le populaire et le savant, le littéraire et l’historien, dans une volonté délibérée de détricoter les catégories et les hiérarchies afin de libérer le regard et le savoir sur nos objets et de dynamiser notre travail de recherche.

Entre 2019 et 2023, les activités de la traverse s’articuleront autour d’un séminaire collectif et interdisciplinaire, d’un grand colloque sur la fiction historique, d’un colloque sur les « Voix orientales » et de journées consacrées aux historiens noirs passé et présents, des Amériques et d’Afrique.

Coordination : Marie-Jeanne Rossignol

Pour en savoir plus, consulter le carnet de recherche Marges, histoires et mondes anglophones XVIIe-XXIe.

Séminaire lié :